Bonjour par ici !

Nouvelle semaine, nouvelle rencontre avec un entrepreneur engagé : aujourd’hui, je vous partage un échange avec Damien, l’un des co-fondateurs de The Trust Society, le e-shop des produits 100% made in France et sans emballage superflu. Bonne humeur, simplicité, engagement et zéro culpabilité, autant de valeurs que nous partageons !

On commence par une question qui nous tient à coeur : pourquoi ce projet ? C’est quoi ton “Why” ? 

Ce projet on l’a pensé à 3 avec Pablo et Thibault, il y a 1 an et demi. Nous étions (et sommes toujours) convaincus qu’au fond de chacun sommeille la volonté de changer le monde, et que chacun devrait avoir le pouvoir, de concrétiser cette volonté en incarnant le changement à son échelle.

A l’époque on ne trouvait aucun site / solution qui permettait de palier à ce problème.

C’est pourquoi, fin 2018, nous avons créé The Trust Society, une plateforme qui n’a qu’un seul objectif, vous permettre d’avoir un impact positif sur la planète dans votre vie de tous les jours.

Notre rôle en tant que tiers de confiance, c’est de vous guider vers des produits qui répondent à vos besoins du quotidien, tout en s’assurant que la fabrication, la livraison, l’usage et la fin de vie de ces produits respectent vos convictions, au niveau écologique et social.

Tu peux nous raconter un peu l’histoire de ton aventure entrepreneuriale ? Quel a été le déclencheur ?

Je faisais des études de finance au sein d’une université parisienne avec un parcours assez classique : licence de gestion, M1 Finance, premier stage de césure en banque. Mais au moment de choisir mon second stage de césure, j’ai eu une opportunité de développer chez Unilever l’incubateur interne de la société. Je l’ai saisie et je ne regrette pas mon choix. J’ai découvert des dizaines de projets entrepreneuriaux plus dingues les uns que les autres, qui m’ont donné très fortement envie de développer le mien. Mais je ne l’ai pas fait tout de suite, préférant accumuler encore un peu d’expérience. J’ai enchaîné alors au sein de diverses startups (Krank Club, Doctolib, Tacotax) à des postes commerciaux et opérationnels mais en ne perdant jamais de vue l’essentiel : je voulais créer ma boîte et une boîte à impact. Pendant quelques années j’échangeais avec des amis sur des idées que j’avais et que d’autres avaient. On s’est finalement jetés dans le grand bain avec Pablo et Thibault en septembre 2018.

Aucun texte alternatif pour cette image

Pour toi, ça veut dire quoi consommer responsable ?

Une consommation responsable c’est une consommation respectueuse de l’environnement, et des hommes. C’est une consommation locale et raisonnée.

Et ça veut dire quoi être responsable en tant qu’entrepreneur ?

Dans le sens où on l’entend chez Trust Society, c’est apporter aux gens la possibilité d’effectuer leur transition écologique de la manière la plus douce et adaptée possible. Proposer à tout le monde des produits sains, naturels, locaux et sans emballages superflus.

Pas toujours facile de s’y retrouver quand on débute dans la consommation responsable, c’est quoi ton conseil pour commencer/avancer ?

D’y aller pas à pas. On ne peut pas arriver du jour au lendemain à une consommation zéro déchet – c’est impossible ! C’est pourquoi on recommande souvent quand on échange avec nos consommateurs de choisir leurs combats les uns après les autres. Je pense que c’est difficile de se revendiquer responsable du jour au lendemain.

Pour commencer je pense que le plus simple est de passer à certains cosmétiques solides : savons saponifiés à froid et fabriqués en France par exemple ou de changer quelques objets de notre quotidien (gourde, bee wraps, etc.). Il y a énormément d’innovations qui sont faites par nos entrepreneurs et artisans français qui sont à la fois novatrices dans leur usage et respectueuse de l’environnement : il faut foncer !

On le sait, ce n’est pas parce qu’on est entrepreneur à impact qu’on est parfait, c’est quoi le prochain geste zéro-déchet que tu aimerais mettre en place ? 

Haha ! Avant le confinement je voulais créer mon propre compost sur mon balcon, mais c’est en stand-by pour le moment.

Et en ce moment, comment ça se passe pour vous ?

Plutôt bien ! On continue les livraisons et les ventes pendant cette période compliquée grâce au travail de la Poste. On a aussi fait notre premier onboarding digital (coucou Orane !). On se fait des points tous les jours avec l’équipe ce qui fait qu’on n’est jamais vraiment seuls.

Donc pour nous ça se passe plutôt bien. Par contre je suis régulièrement en contact avec les artisans et producteurs avec lesquels on travaille, et pour certains c’est beaucoup plus compliqué.

Qu’est-ce qui vous aide le plus en ce moment ?

Les blagues de Milisa (notre Social Media Manager), les cours de sport en ligne et la bonne bouffe haha !